Félix Caillet, jeune Loossois : portrait d’un nageur investi

Felix Caillet a 15 ans, pratique la natation de compétition avec les Dauphins liévinois et a un rêve: devenir professeur d’anglais. En juin dernier, il a fait partie des sportifs mis à l’honneur par la mairie de Loos-en-Gohelle. Portrait d’un jeune qui aime se dépasser.

Le premier souvenir qu’il a de ce 20 juin dernier, ce sont les applaudissements de ses concitoyens, le maire Jean-François Caron en tête. “Etre applaudi par le premier édile m’a « flashé », je suis très admiratif de son parcours”, confie Félix, mis à l’honneur par la mairie de Loos-en-Gohelle. Il s’entraîne dans le club des Dauphins liévinois et concourt dans la “deuxième division” en natation de l’UFOLEP (Union française des œuvres laïques d’éducation physique). Sa mise à l’honneur en juin dernier avec d’autres sportifs de Loos-en-Gohelle couronne un engagement de longue date, commencé à l’âge de trois ans.

Félix a 15 ans, nage dans le club des Dauphins liévoinois et rêve de devenir professeur d'anglais

Félix Caillet, nageur mis à l’honneur à Loos-en-Gohelle
Crédits: Sofia Nitti

Felix Caillet a 15 ans. “Presque”, se corrige-t-il tout de suite, “je les aurai le 31 août”. Yeux bleus et cheveux courts noisette, il se tient comme un jeune athlète d’un collège américain. Et c’est bien là qu’il est né, en Floride. Ses parents y géraient un restaurant depuis plusieurs années. Mais son séjour aux Etats-Unis a été court : une dizaine de jours après, la famille pliait bagages et rentrait en France, encore sous le choc après l’attentat du 11 septembre 2001. “A Madera Beach où nous vivions, la situation était déjà pesante bien avant que je naisse. Des cellules terroristes installées en Floride déposaient des enveloppes à l’anthrax dans des boîtes à lettres au hasard. C’était devenu invivable”.

Du Nouveau Monde, Félix a gardé le passeport, désormais à renouveler et surtout, un rêve : devenir professeur d’anglais. Et pour ce faire, le jeune a les idées bien claires : intégrer la classe européenne du lycée de Saint-Paul de Lens, puis le master métiers de l’éducation nationale de l’université d’Arras. “J’ai toujours été passionné pas le fait de faire passer le savoir. Mes idoles sont mes professeurs, pas des comédiens ni des chanteurs.”

Enormément investi

Mais pas question pour le jeune de Loos-en-Gohelle d’abandonner la piscine. “Je continuerai les compétitions tant que je pourrai. Je suis peut être arrivé au maximum de mes performances mais je ne concours pas que pour gagner : je lance surtout un défi avec moi même car j’aime me dépasser. Mes concurrents sont des potes, s’ils gagnent j’en suis que content”, sourit le nageur invétéré.

Sociable et mature, c’est comme cela que ses amis le voient. “Il s’investit énormément, dans beaucoup de choses”, me confie Alizée, admirative. “Il est très sérieux, mais il sait délirer quand il le faut”, confirment Corentin et Anne-Sophie.
Lui, il se définit curieux, “mais dans le bon sens”, précise-t-il. “Joyeux aussi…” puis, il hésite. Il lève ses yeux clairs et conclut: “…et je suis ambitieux.”

Sofia Nitti