Les jeunes du Centre Nodot font visiter Loos-en-Gohelle aux étudiants de l’ESJ Lille

À la découverte de Loos-en-Gohelle. Antoine, Valentine, Ophélie, Flavie et les autre jeunes loossois du Centre Jeunesse Julie Nodot ont fait visiter la ville aux étudiants de l’ESJ Lille par un parcours d’interprétation. Des tablettes numériques les ont guidés dans les rues de cette petite ville du Pas-de-Calais. Les adolescents ont pu raconter faits et anecdotes sur les lieux où ils ont grandi. Un après-midi de rencontres et découvertes.

 

Les rêves des jeunes Loossois : rendre leurs vies utiles

Chacun a ses propres rêves, petits ou grands. Les jeunes de Loos-en-Gohelle vont vous le prouver. Dans le petit village du Pas-de-Calais, certains adolescents rêvent de réussir, de se construire un avenir et surtout d’être utile aux autres.

Quatre adolescents du Centre de la Jeunesse Julie Nodot ont accepté de partager leurs rêves. Tous ont quinze ans, des ambitions différentes mais une même envie de servir et d’être utile aux autres.

Voyager sur la lune et faire du commerce

Ophélie BERNUS, lycéenne au lycée Robespierre

Ophélie BERNUS, 15, étudiante au Lycée Robespierre /© Photo : Oudom HENG

« Moi, je me vois devenir une femme d’affaire et voyager autour du monde » affirme Ophélie Bernus, étudiante au Lycée Robespierre. Ophélie rêve de visiter différents pays. Voire même sur la lune ! « Comme j’adorerai rencontrer d’autres cultures, je me dis que l’idéal est d’évoluer professionnellement dans le commerce : j’associe ainsi deux aspects pour voyager tout en travaillant. Je me verrai bien dans le commerce international de vêtements par exemple. » Pour cette adolescente, ce qui pourraient l’aider à réaliser ses rêves serait d’apprendre à parler plusieurs langues. Ophélie étudie déjà l’espagnol et l’anglais, elle débute tout juste allemand.

« Il ne faut pas compter sur une seule langue. Je sais que je dois apprendre et comprendre le maximum de langues possibles. Comme ça, quand j’arrive dans un pays, je pourrait parler plus facilement avec les gens ». Ophélie sait déjà que dans trois ans, son baccalauréat en poche, elle devra décrocher un BTS commerce international avant de commencer cette aventure.

Devenir un magicien célèbre

Antoine WARWZYNIAK, Lycéen loossois de Saint Paul à Lens

Antoine WARWZYNIAK,15, lycéen à Saint Paul à Lens /© Photo : Oudom HENG

Étudiant loossois du Lycée Saint-Paul, à Lens, Antoine Warwzyniak rêve vraiment d’être magicien. D’emblée, Antoine raconte comment il a rencontré son idole préférée, Dani Lary, magicien illusionniste français : « J’ai envie de devenir magicien depuis que je suis tout petit. J’avais 6 ans quand ma famille m’a emmené voir un spectacle de Dani Lary. Lors du spectacle, il a choisi une personne dans la salle pour monter sur scène avec lui. Et c’était moi ! », raconte le jeune garçon des étoiles plein les yeux. « Sur scène, je reste bouche bée, je n’ai pas pu parler pendant presque cinq minutes même si Dani m’a demandé plusieurs fois mon prénom. Finalement, j’ai enfin pu participer au tour de magie avec lui : on a fait voler une table par exemple. C’est depuis ce moment, que je sais que je veux devenir magicien ».

©Vidéo : Clémence Labasse

Aujourd’hui, Antoine sait faire des tours de cartes. Il a toujours un tour dans son sac pour amuser ses amis. En ce moment, il enchaine les petits spectacles d’illusion, autour de séances d’hypnose. En espérant un jour réussir des tours magistraux, comme faire disparaître des spectateurs… Dani Lary n’a qu’à bien se tenir.

Soigner les armées françaises

Flavie DELVALLET, 15, lycéenne à Condorcet à Lens /© Photo : Oudom HENG

Élève du Lycée public Condorcet à Lens, Flavie Delvallet a également 15 ans. À l’école et même dans la famille, elle est une personne capable de remonter le moral des membres de sa famille ou de ses amis. Pendant son temps libre, elle gagne son argent de poche en faisant du baby-sitting, car elle aime beaucoup les bébés.

Les rêves de Flavie s’orientent vraiment du côté de l’humanitaire. « Je voudrais devenir infirmière militaire, car je veux soigner les soldats français à l’étranger, en Afrique ou ailleurs. Pour moi, cela permet de soigner ceux qui consacrent leur vie pour nous protéger. »

Si elle n’y arrive pas à devenir infirmière militaire, elle souhaiterait devenir psychologue. Flavie aime voyager. Elle souhaiterait aller au Canada pour faire toutes ses études.

Entre voyageur, assistante sociale et juge pour enfants

Valentine PAILLARD, 15, lycéenne de quinze ans à Saint-Paul à Lens /©Photo : Oudom HENG

Valentine Paillard n’a pas qu’un seul rêve : elle en a carrément trois ! Cette lycéenne de quinze ans étudie à Saint-Paul à Lens. Comme beaucoup de jeunes, Valentine rêve de voyager partout dans le monde, mais « pas forcément le monde entier, seulement les villes principales ».

Elle aimerait pouvoir travailler dans le secteur des aides sociales, car rendre service aux enfants et aux femmes lui tient à cœur. Cette jeune fille engagée sait clairement ce qu’elle veut faire dans l’avenir : travailler comme assistante sociale, ou alors carrément être juge des enfants. Pourquoi ces deux métiers ? Parce qu’elle a vu trop souvent, à la télévision, au cinéma, dans les médias, des images de femmes battues et d’enfants victimes de la misère et de la violence. Elle conclut : « Il faut rendre notre vie utile pour la société ».


Et vous? Nos chers lecteurs, avez-vous des rêves? Quels sont-ils?

Alexis Mignon, un fada des activités du centre jeunesse Les Francas

Alexis Mignon a 17 ans. Il adore venir passer du temps pendant ses vacances au centre jeunesse Les Francas, installé dans la salle Julie Nodot à Loos-en-Gohelle.

Alexis Mignon, 17 ans. Il aime jouer au piano

Alexis Mignon, 17 ans. Il aime jouer au piano Credit Photo: Ange Kasongo

 

Deux ans déjà qu’il fréquente le centre de Jeunesse Les Francas. C’est devenu une seconde maison pour lui. L’année prochaine, il ne pourra plus venir. Il deviendra majeur. “Je n’ai vraiment pas de chance, je suis né en juillet et l’année prochaine, j’aurais 18 ans, je n’aurais plus le droit de passer du temps ici”, dit-il avec un ton très triste.  » J’y viens même pendant la période de cours mais avec une fréquence moins dense, je suis très attaché au centre jeunesse « , détaille le jeune Alexis. 

Au centre de jeunesse divers jeux permettent aux jeunes de développer leurs connaissances  et de s’épanouir. Il y a les activés en extérieur : rafting, ping-pong, piscine, etc. Ou en intérieur : baby-foot, atelier totem, atelier cuisine…
Sourire discret, yeux marrons, Alexis est très ambitieux. Il voudrait devenir architecte. Pour l’instant au centre, Alexis est plutôt intéressé par le piano. Il pianote de chez lui sur l’instrument de sa soeur, mais surtout au centre. Avec son ami Charles Lallart , ils ont joué un bon morceau de piano à quatre mains, jeudi dernier lors de la visite des étudiants internationaux de l’Ecole supérieure de Journalisme de Lille (ESJ).

Le centre devrait-il changer de politique dans le critère des jeunes qui s’occupent pendant le vacances? Cela ferait plus d’heureux que de malheureux.

 

Ange Kasongo