Famille d’accueil de jeunes journalistes étrangers à Loos-en-Gohelle : partager pour s’enrichir

Balade aux terrils jumeaux des jeunes étudiants avec leur famille d'accueil © Océance Ten

Cet été, à Loos-en-Gohelle, six familles accueillent de jeunes étudiants internationaux de l’École Supérieure de Journalisme (ESJ) de Lille dans le cadre d’une immersion sur le terrain. L’équipe est composée de trois Italiens, une Chinoise, une Canadienne, un Burkinabé et un Cambodgien. Retour sur cette expérience unique.

Plus besoin de partir en vacances, des familles loossoises ont trouvé le moyen de voyager sans bouger de chez elles : en accueillant cet été les étudiants étrangers qui entreront cette année dans la prestigieuse école supérieure de journalisme de Lille.

À Loos-en-Gohelle, les sept étudiants ont tous trouvé un foyer chaleureux. En échangeant, la famille d’accueil et les étudiants parlent de leur pays, de la famille, de la politique et d’histoire. C’est un bon moment partagé dans ces nouvelles familles !

Les Guillemant : Échanger autour de la culture chinoise

Le couple Christel et Marc Guillemant ne partent pas en vacances cette année. Lorsqu’ils ont appris que la mairie de Loos-en-Gohelle cherchait des familles d’accueil pour les étudiantes, ils ont tout de suite voulu prendre part à l’aventure. Ils accueillent pour la première fois une étudiante journaliste chinoise, Yan Chen.

Famille-Guillemant © Yan Chen

Famille Guillemant en visite tout en haut du beffroi d’Arras © Rémi Guillemant

« L’hébergement d’une jeune chinoise nous permet de voyager un peu aussi » se réjouit Marc Guillemant en souriant, aux côtés de sa femme, Christel. Son épouse ajoute : « Pendant cette première semaine, nous avons parlé un peu de son pays, de sa ville et de la culture chinoise. On échange aussi des nouvelles par rapport à la vie familiale. »

Ce couple en profite pour poser des questions sur la vie réelle de la Chine; par rapport à ce qu’ils voient à la télévision et dans la presse française. Ils ont hâte de connaître les points de vues de Yan sur certains problématiques, différent de leur regard occidental.

Ils sont peut-être un peu déçus de ne pas avoir eu l’opportunité de goûter la cuisine chinoise. Car Yan travaille beaucoup la journée, elle sort tôt le matin et rentre tard le soir. Mais ça devrait ne pas tarder !

Les Payen : Accueillir une canadienne à temps pour le centenaire de la bataille

Gilles Payen © Oudom Heng

Gilles Payen accueille pour la première fois une étudiante de l’ESJ © Oudom Heng

Gilles Payen, professeur de technologie au collège, accueille pour la première fois une étudiante canadienne. C’est en découvrant une annonce sur Internet que Gilles s’est proposé de devenir une famille d’accueil. Lui et son épouse Maryse ont accueilli Clémence Labasse. Et ça tombe bien parce que cette famille s’intéresse vraiment à l’histoire de la bataille de la Cote 70 lors de la première guerre mondiale, une bataille des armées canadiennes sur le sol français. Cet habitant de Loos-en-Gohelle est également membre de l’association de « Loos sur les traces de la grande guerre » qui travaille au souvenir de des grandes batailles de Loos-en-Gohelle.

« C’est tout à fait le hasard! Cette année, l’anniversaire du centenaire de la bataille sera célébré le 22 août prochain. Nous assisterons à l’inauguration du mémorial de la bataille canadienne. Le fait d’avoir Clémence avec nous alimente beaucoup  la discussion et le partage » raconte Gilles Payen. D’autant que des contacts pour la recherche des personnages historiques peuvent s’avérer précieux pour lui. L’étudiante et la famille aiment aussi parler de politique, française et canadienne.

Point de vue dérangement, il n’y a pas aucun problème pour la famille : Clémence part tôt au CyberCoin pour travailler.

Les Bouquet : Héberger un étranger, une occasion de s’enrichir

Béatrice Bouquet accueille pour la deuxième fois un Africain © Oudom Heng

Béatrice Bouquet accueille pour la deuxième fois un Africain © Oudom Heng

Béatrice Bouquet est présidente de l’association Loos N’Gourma. Son association basée à Loos-en-Gohelle soutient un village situé à l’est du Burkina Faso, Sampiéri, en agroécologie.

Cette année, Béatrice accueille le jeune étudiant burkinabé, Vincent Bado. Simple hasard ou le fruit de son choix?

«C’est un peu choisi. J’aime bien le Burkina Faso et c’est bien d’avoir un jeune burkinabé qui reste chez nous, avec qui on peut parler, échanger » avoue la Béatrice, enthousiasmée. Béatrice est très attachée à l’Afrique. Le continent lui tient à cœur, aussi bien à elle qu’à toute sa famille. L’an dernier, elle a accueilli un jeune originaire de la République démocratique du Congo.

Comme les deux familles interviewées ci-dessus, le fait d’accueillir des étudiants ne gène pas du tout la famille, bien au contraire, c’est toujours une occasion de découvrir. Pour l’année prochaine, si elle ne part pas en vacances avec sa famille et, si l’ESJ Lille continue d’envoyer des jeunes étudiants à Loos-en-Gohelle, ce sera avec plaisir que Béatrice Bouquet hébergera un(e) autre étudiant(e).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *