Présentation de la nouvelle équipe Lost in Gohelle : Oudom, l’étudiant en journalisme cambodgien qui veut changer les choses

Oudom, 25 ans, vient du Cambodge. Il aime l’écriture, les films romantiques et les romans cambodgiens des années soixante. Sa vie est un voyage constant. Il vient à la découverte de la ville de Loos-en-Gohelle où il n’avait évidemment jamais mis les pieds. 

À Lille, Oudom a pris le métro pour la première fois dans sa vie. Chez lui, il n’y en a pas. Mais pour arriver en France il a fait un voyage bien plus long. Oudom a 25 ans et il vient du Cambodge. Depuis deux semaines il essaie de s’habituer au décalage horaire : il habitait de l’autre bout du monde. Étudiant en journalisme à l’ESJ Lille, il débarque à Loos-en-Gohelle. Les espaces verts et la campagne lui rappellent un peu son pays. Oudom a hâte de rencontrer les habitants Loossois pour discuter avec eux.

En effet, son histoire commence dans un village perdu dans la campagne cambodgienne, Kampong Cham. Mais il ne la considère pas sa maison. C’est là qu’il est né en 1992. Mais il n’a même pas un an lorsque ses déplacements commencent. Oudom a grandi à la campagne, à Siem Reap. Suite au divorce de ses parents, sa vie est marquée par les déménagements. Avant chez son père, puis chez sa grand-mère et après chez sa grande-tante. Jamais chez lui. Il a 14 ans quand un ami lui conseille l’orphelinat PSE de Phnom Penh, la capitale. Son père ne dit pas non, c’est une bonne instruction. Ainsi Oudom se construit son futur, seul.

Et il se rattrape. À cause du divorce de ses parents ou grâce à ça? Son journal intime, lui seul le sait. Oudom écrit beaucoup, des nouvelles et des poésies. Il aime les romans cambodgiens des années soixante et les films romantiques. Cambodgiens, bien évidemment. Mais la réalité l’intéresse aussi : il veut changer les choses. Chaque soir il écoute RFI : les voix des présentateurs l’accompagnent pendant les années de lycée.

Il étudie le droit. Il devient pigiste. Mais les choses ne changent pas. Il obtient un contrat pour RFI Cambodge et, enfin, il devient journaliste dans son pays, pour son pays. Mais les choses ne changent pas. C’est pour cette raison que Oudom part pour la France, avant de revenir, pour changer les choses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *